22 août 2012

Traversée du massif de Belledonne en Août 2012.

Pour ces huit jour en Août, 
Le premier choix était d'effectuer le Barëntrek,en Suisse, très beau trek mais dans l'Oberland bernois sans une connaissance approfondie de la langue de Goethe, cela devient vite compliqué, ce sera donc pour une autre fois.
Le deuxièmes choix était celui préparé depuis un bout de temps; le Tour des Aravis...........mais finalement un concours de circonstance fait que je me retrouve dans ce magnifique massif de Belledonne pour en faire la traversée en autonomie.
En cette période la canicule sévis à Grenoble mais dans ce massif situé entre 1060m et 3000m c'est supportable. Le départ ce situera de Fond-de-France du gîte de la Martinette.


1ére journée: Départ de Fond de France avec une autonomie de 3 jours, sous la chaleur. Cela démarre par la Cascade du Pissou pour ensuite rejoindre le sentier des 7 Laux où beaucoup de personnes sont partis pour rejoindre le plateau où ce trouve de nombreux lacs dont la plupart sont gérer par E.D.F. Plus de 1100m de dénivelé pour y arriver. Il faut mouiller le maillot !!! Paysage de rêve que ce plateau, encore que les lacs sont à moitié vide du fait d'une maintenance des digues. 



Visite du refuge des 7 laux. Le temps passe vite et il me faut continuer pour passer le Col de la Vache avant ce soir. passage au lac de Cos et il faut bifurquer sur la droite pour rejoindre le Col. Belle montée dans la pierraille et les quelques névés persistant. De nombreux bouquetins font la sieste au soleil. 



Après 350m de montée le col est atteint et il faut descendre pour rejoindre un endroit pour bivouaquer, car je commence à en avoir plein les..bottes.
Au pied de ce col ce trouve un endroit sublime pour bivouaquer...autours des bouquetins, de l'eau à proximité, un calme et un beau panorama. 
Quoi de plus. Préparation de la tente et popote occupe la soirée.



2éme journée : Avant la journée, il y a eu la nuit et là il à plu et en ce matin, la tente est encore bien mouillée. Il faut donc la séchée un peu et là encore le temps passe vite et le départ ne ce fait qu'a 9h30......Mais bon, rien ne presse. Le temps à l'air de se dégager mais les nuages sont toutefois persistants. C'est partit pour rejoindre le Pas de la Coche et son lac. Souvenir d'un passage 18 ans plus tôt avec Daniel en ce lieu....et oui ....cela passe vraiment vite. 



Bon revenons à nos moutons. A L'arrivé au col le temps ce bouche et le brouillard retombe. Du Pas de la Coche au col de la Mine de Fer je comptais passer par les crêtes du Ferrouillet et bien c'est raté !!!!!!!! On ne voit rien .....Que dalle !!!!!! Il faut continuer sur le Gr 549 et redescendre jusqu'au Pont de la Betta. En cours de chemin, des travaux sont effectués au alentours d'Habert de Muguet et là le chemin est couper......Oupsss. Brouillard, plus de chemin, la pluie qui commence à tombée.....qui parle de canicule ????? 

On n'est plus sur la même planète.
Quoi qu'il en soit, il faut continuer, retrouver un sentier qui m’amène au lac de Crop, après un dénivelé de 600m, ce dernier est rejoins. La pluie c'est arrêtée et la brume commence à ce dissipée.
Devant tant d'adversité dans le déroulement de cette journée, je décide de planter la toile au bord de ce lac où je n'entrevois qu'un petit contours. Il est 16h30, mais marcher sans rien voir des alentours n'est pas trop sympa.



Vite fait cela va chercher les 1450m de dénivelé, ça suffit pour aujourd’hui. Ce sera donc là, le deuxième bivouac de cette traversée.



Le départ pour cette 3éme journée sera plus matinale que les précédentes. 7h30 pour être précis. Hier dans la soirée c'est découvert une partie du programme de la journée. Devant moi ce dresse fièrement le Col de la mine de Fer, une belle face de 400m. Je n'ai plus grand chose à manger, il me semble que j'ai pris un peu juste, les plats lyophilisé sont pratiques, plus goûteux qu'auparavant mais ........sont un peu juste en quantité. Et oui je sais le poids ....... mais après de bonne journée, la faim se fait ressentir. il me reste un sachet pour midi, ensuite je pense rejoindre le refuge de Pra dans la soirée et là j'improviserai. En attendant il me faut monter cette face ou le cheminement se découvre au fil du temps. 



le Col est atteins sans encombre, de même que la descende sur le refuge Jean Collet.
Je poursuis vers le Lac Blanc (et oui......des lacs blancs.....noir.....vert, il y en a dans tous les massifs). Encore une belle montée de 350m pour rejoindre ce dernier. Pause au lac, trouve une petite place à l'ombre, l'eau est la pour le dernier plat, poulet à la Normande. Il faut reprendre un peu de vitalité pour poursuivre la journée.
Ensuite, toujours en montée pour rejoindre le glacier de Freydane où certains dise qu'il faut des crampons, piolet pour y accéder et qu'il est bien crevassé. On va voir....



Le paysage est superbe je passe en dessous des 3 Pics de Belledonnne. En cette période du 15 Août le glacier est accessible par la rive gauche en évitant les crevasses du front avec toute l'attention requise, tout de même. les 2645m sont atteints et au sommet du col, j'entrevois la croix du pic. Ensuite descende par les névés et les pierriers qui partent en direction des lacs Doménon pour rejoindre le Col de Pra. 



Ensuite, direction refuge de Pra que je rejoins à 16h30. Petite pause, je demande à la gardienne s'il est possible d'avoir un casse croûte pour le soir. Cette dernière me propose un pique nique, L'affaire est faite et je suis repartit pour rejoindre les lacs Robert.



Oui.....oui, j'aurais pu m’arrêter au refuge, mais le bivouac en cette période est trop enivrante. Seul au milieu de la nature, ce plaisir est incommensurable pour celles et ceux qui l'on déjà pratiqués.



Mais pour rejoindre les lacs Robert, il me semblait sur la carte que cela ne montait pas de trop, mais j'ai bien eu du mal à rejoindre ces fameux lacs après de nombreuses pauses, il était temps que cela s'arrête. Arrivé au lacs 19h30. Toilette, repas, Oupsss il fait déjà nuit. plus qu'à faire dodo.



Ce matin, la fin du périple approche, Chamrousse n'est plus très loin.
Je prends donc le temps d'apprécier le reste du chemin, les installations mécaniques commence à envahir l'espace. Deux heures pour rejoindre Le Recoin à Chamrousse. belles vue sur le Vercors, la Chartreuse, et Grenoble.
Maintenant, il va falloir rejoindre la voiture à Fond de France à 60 Km.
Pour ce faire, pas beaucoup d'indications mais tout va s’enchaîner de belle manière.



A mon arrivée à Recoin, un bus passe et m'indique qu'il se dirige à St Martin d'Uriage. De là, je récupère un bus qui me dépose à une station de Tramway à Giéres, ensuite gare de Grenoble où un bus est en train de démarre pour Allevard (Sympa le chauffeur qui s'arrête pour me laisser monter), arrivé à 13h30 et une navette démarre pour Front de France à 14h00. Arrivée au Gîte où la voiture ce trouve à 14h30. 
Tout bon. Ce qu'il faut savoir....... un grain de sable dans cette organisation impromptue et c'est le stop assurer, car il n'y avait qu'un bus pour Allevard et plus de navette dans l’après midi en destination du gîte. 
Un peu de chance de temps à autre ne fait pas de mal.
Objectif de la journée de demain : Le Rocher Blanc - 2928m.



Aujourd'hui mon sac est d'une légèreté qui me fait grimper le vallon de Combe Madame à belle vitesse. Passage au refuge et je continue en direction du glacier Blanc pour monter au rocher Blanc, point culminant des 7 Laux.



Névés, pierriers grosse chaleur,arrivée au col pour photos des lacs et montée au magnifique cairn du Rocher Blanc avec 1900m de dénivelé. 
Superbe panorama sur les Alpes environnantes. Et il va falloir redescendre, soit par le col de l'amiante, pour rejoindre le plateau des 7 Laux ou soit par l’itinéraire d'où je suis venu.
Prés à m'engager sur l'itinéraire du col de l'amiante (il fait très chaud) 2 /3 pierres se détachent pour parpiner les alentours.
Ce sera donc, par où je suis venu !!!!!!!
Ne reste plus qu'a descendre et ne pas s'attarder car les nuages commencent à s'accumuler et l'orage montrer le bout de son nez.
Comme prévus l'orage c'est déclencher à mon arrivée au Gîte. Suis content d'être rentré car ce ne sont pas des petites gouttes.
Fin du périple dans ce magnifiques massif de Belledonne avec beaucoup de souvenirs de 18 ans en arrière.
@+ pour d'autres aventures.
Pierre.

Reportage photo ci dessous :
Massif de Belledonne en Aout2012


04 août 2012

Petit weekend dans le Jura Suisse.


Dans le Jura Suisse au dessus de Neuchâtel, massif de moyenne montagne aux multiples facettes, avec des paysages sans cesse renouvelés. Pour ce rendre dans cette région pas besoin de vignette Suisse. Nancy - Besançon - Pontarlier - La Cluse et son château et ensuite Val de Travers.
Pour ces 3 jours, il est prévus de faire les Gorges de la Poëta Raisse, les gorges de l'Areuse avec le Creux du Van et pour finir Neuchâtel et son lac.
Le soleil a été au rendez vous pour ces trois jours.
Gorges de la Poëta Raisse:



L'itinéraire débute à Môtiers dans le Val de Travers. Un promeneur célèbre est passé avant nous de 1762 à 1765 pour y séjourner, il s'agit de Jean Jacques Rousseau.
Le parcours est aménagé d'escaliers taillés dans le roc en harmonie avec un paysage pittoresque, sauvage et rafraîchissant au heures chaudes de l'été.



La rando fait environ 19km pour 900m de dénivelé +/-. En milieu de rando ce trouve une auberge ou l'on peut apprécié toutes sortes de réconfort, tel une bonne bière ou à votre convenance.
L'itinéraire est bien balisé et sur les hauteurs de la ferme " les Cernets Dessus" une belle vue sur le lac de Neuchâtel et les sommets des Alpes, si toutefois la brume de chaleur ne fait pas son apparition.
Fraîcheur pour une 1ère partie, soleil pour la seconde partie, de belles vue, fleurs et verdure pour une belle randonnée bucolique.
Autre célébrité et spécialité de cette région, l'absinthe, cette plante ligneuse au feuillage blanc soyeux, au gout anisé très fort. (Sorte de Pastis).



Nous sommes en Suisse et les hébergements ne sont pas toujours bon marché. Pour notre part pour cette nuit nous avons séjournés à l'Hôtel de l'Aigle à Couvet pour rejoindre le lendemain le départ des Gorges de l'Areuse.


Une randonnée inoubliable, pour sa partie la plus pittoresque où se suivent une succession de passerelles, d'escaliers, et de pont accrochés au dessus du torrent.
Celui qui découvre le Creux du Van, véritable joyau du Jura Suisse reste ébahi devant cette immense excavation en arc de cercle d'un kilomètre de diamètre et de 200 mètres de hauteur, il impressionne par sa taille, son harmonie et la pureté de ses lignes.


Il est né de l'érosion de l'eau et de la glace.c'est une importante réserve naturel qui y abrite des colonies de Chamois, Bouquetins et faucons.
La randonnée fait environ 18k500 avec 850 mètres de dénivelé +/-. 
La restauration est possible à la ferme Robert, ferme du Soliat ou à la ferme des Oeuillons.
Nous avons débuté la rando au parking de Champ du Moulin pour bénéficier des Gorges, ensuite, la montée au Creux du Van pour redescendre sur Noiraigue et rejoindre notre véhicule en revenant par les gorges, ce qui nous à fait faire une belle boucle.


Victime du succès, beaucoup de monde présent, car on peu accéder au site du Creux du Van en voiture par la ferme de Soliat.
C'est toutefois une superbe randonnée avec des vues magnifiques.
Ensuite hébergement à Neuchâtel pour faire du tourisme en ville et autours du lac la journée suivante, jours férié en Suisse cause anniversaire de la confédération.
Album Photo: Les légendes viendrons par la suite.....
@ Bientôt pour d'autres aventures.
Pierre.

Randonnée de deux jours en Petite Suisse Luxembourgeoise.

Rando dans la région du Mullerthal ou Route des Moulins. Il fait encore beau sur la région, profitons en. Pour ces deux jours, je prend...