27 septembre 2014

Sur les sentiers de Corse.



Juin 2014.                                   Album photo.
















Des variante ont été adaptées en fonction de la météo capricieuse .
Les deux premiers jours ont eu lieu sous une grosse chaleur....Voir la canicule. 
Pour voir le circuit et les dénivelés il suffit de cliquer sur la photo.
Un total de : 
12869m de dénivelé positif
12731m de dénivelé négatif.
Pour une distance de 183km600 sur 12 jours.
1ére journée : Nous avons commencés à Calenzana sous 35° à 13h30. Après une nuit sur le bateau, arrivé à Bastia à 7h00. Départ pour Calvi par le train...... 3h00. Petite tortue dans la montagne !!!! On arrive à rejoindre Calenzana pour 13h30 et l'on démarre de suite, sous 35°. Un peu flippant, mais on décide de rejoindre le Gîte de Bonifatu au plus court..... Nous arrivons juste pour dîner et nous planterons notre tente dans la nuit. Grosse journée. 
Journée, que mes jambes se souvient encore et portent de nombreuses  cicatrices, en voulant couper dans le maquis en short .........Pire qu'un rouleau de fil barbelé.




2éme journée :  Se passe tranquillosss sur le Mare et Monti pour rejoindre Tuarelli et son semblant de camping.



3éme journée : Direction le refuge de Puscaghia. Encore une belle journée bien chaude avec un bon dénivelé qui n'en fini pas !!!!!! Refuge non gardé. A notre arrivé l'orage fait son apparition avec violence. Nous voulions coucher sous la tente mais nous nous retranchons dans le refuge que nous trouvons bien confortable pour la nuit. Au alentours du refuge le torrent est gonflé au maximum au point d'emporter la source alimentant le refuge. Plus d'eau pour les jours a venir.........
Pas besoin de berceuse pour passer une bonne nuit.



4éme journée : Pour ce matin, les nuages sont bas et l'air et orageux. Nous démarrons tout de même pour ce qui était prévu, c'est à dire rejoindre le refuge de  Ciuttulu di Mori .
Après environ 1 heure nos plan sont revus en fonction de l'orage qui fait rage. ( j'arriverai presque à faire des rimes). la réflexion nous amène à penser qu'en fonction de l'orage le refuge situé sur le Gr20, va être plein comme un œuf. Q'en fonction du temps, nous ne pourrons pas planter la tente et que nous ne pourrons pas monter à la pointe  Paglia Orba. Et surtout on ne veut pas servir de paratonnerre. 
Après concertation, cela va vite, à deux. Nous décidons de redescendre sur Evisa qui est le village le moins loin et où l'on pourra trouver un gîte sous la pluie. Ce qui a été fait,avec conséquence l'abandon de notre premier objectif: La pointe  Paglia Orba.



5éme journée : Toujours un ciel chargé et de nouveaux orages sont annoncés pour cette journée.
Notre patience est mise à rude épreuve et nous décidons de faire de petites étapes en essayant de passer à travers les gouttes.
Nous décidons de rejoindre le col de Vergio ( et ses renards) par le Mare et Mare Nord. Nous sommes au refuge des renards à 12h00. Nous décidons de dormir au gîte, vu l'orage qui se gonfle.
Beaucoup de monde venant du Gr20, ces dernier ne peuvent pas passer le cirque de la solitude, en fonction du temps.
Et bien sur l'orage éclate toute l’après midi avec de bels éclair, il tourne autours de nous et il ne fait pas bon être dehors. 
Nous sommes 6 dans la chambre et un vrai contraste, 2 personnes faisant le Gr20, le père et sa fille venant du Sud, épuisé qui s'écroule sur le lit et qui s’endors de suite sans prendre la douche et qui embaume la chambre en un rien de temps. Un couple de personnes âgés venant de Bretagne se faisant porter leurs valises et parcourant le Mare et Mare Nord. Respect !!!! et le soir voir ses personnes sortant leurs pyjama de leur valise....superbe. Il n'y a qu'en rando itinérante que l'on peut rencontrer une telle diversité de genre.
Je vous rassure, la douche a bien été prise après un repos récupérateur.



6éme journée : Toujours un temps orageux avec risque de pluie !!!!!!!!!!! Punaise !!!!!!! Où est le chat noir ??????? Va t il nous poursuivre longtemps. Il pleu en Corse et il fait beau en lorraine. Greeeeeeeee !!!!!! La France a t elle fait culbutos ?????
Après un bon déjeuné au gîte, nous repartons avec le souriiiiiiire, tout de même sur le Mare et Mare Nord, si cela continu on va le faire de bout en bout. en fait, ce dernier est agréable, des passage après de cours d'eau où l'on peut faire trempette, souvent de belle vue, un sentier bien tracé, il mérite d'être parcouru.
Pour cette étape on se dirige vers Albertacce et son gîte, que l'on atteins vers 13h00.
Repos pour cette aprés midi, lessive et petite ballade autours du gîte. Un Gîte où l'on peut faire sa cuisine. Bien entretenu.
Petite pluie pour cette après midi.



7éme journée : Ouf.... Le soleil doit être de la partie pour cette journée.
On est partit pour rejoindre notre camp de base, pour faire le Cinto, 2éme objectif de notre périple. Le refuge de l'Erco, non gardé.
Nous montons par Poggio, Lozzi et emboîtons la montée vers notre refuge. 600m de dénivelé, sous le soleil. Gérard fait même de petites variantes........Rien ne l'arrête. :-).
Arrivé au refuge, nous nous attelons à faire un peu de ménage car il en à grand besoin. 
Et puis on à le temps. Pour faire le Cinto, nous allons laisser du matos au refuge, pour le faire le plus légers possible. Je vois bien que cela tracasse un peu Gérard de laisser ses affaire au refuge, mais en montagne..........Il faut avoir confiance.
Sur la soirée, il ne fait pas chaud, ce qui incite Gérard à faire du feu et à nous enfumer par la même occasion. Ah, c'est beau d'être jeune.......... Toilette dans le torrent, casserole de pâte, pour seul menu, mais tout va bien. Même les nuit sont active pour Gérard,il fait copain avec une petite souris qui prend un malin plaisir à lui courir sur la tête. 
Le matin, le Gé, il a les yeux comme une chouette.



8éme journée : On démarre à 6h30 car...............Des orages sont annoncés (Cela change) et des orages sur le Cinto 2710m, cela doit bien donner. Donc il nous faut revenir pour le début d’après midi.
Gérard regarde ses affaires laissées au refuge comme si c'était la dernière fois qu'il les voyaient. Et nous voila partit pour une montée dans les névets, encore bien présent pour ce début de saison.
Nous passons par le lac du Cinto, rejoignons la pointe des éboulis pour rejoindre la cime du Cinto. Pas toujours facile avec ses névets et ses nuages. Pas de grande vue depuis le sommet encombré de brume. Cela ne fait rien, nous sommes content d'avoir atteind notre objectif, maintenant il nous faut redescendre par un chemin différent. La descente n'est pas des plus facile dans les éboulis et les pierres qui roules. 
Le refuge est atteins pour 14h00 et Gérard retrouve ses affaires qui l'attendait autours de nombreux randonneurs. Petit casse croute et nous redescendons sur Calacuccia.
Cela fait un petit 2000m de dénivelé négatif pour rejoindre le Camping.
Encore une bonne nuit en perspective. Une belle journée avec de petites gouttes.



9éme journée : Pour cette journée, on prend notre temps. On passe en ville à Calacuccia faire un petit ravitaillement et on part, toujours sur le Mare et Mare Nord en direction du refuge de Sega.
Aprés le barrage une belle monté nous attend sous un beau soleil. Cela change !!!!!!! je retrouve la Corse et son soleil.
L'étape est sympa, montée et descente pour rejoindre les gorges du Tavignano et le refuge de la Séga et son gardien Antoine, un personnage. 
L'endroit est superbe, on peut y venir de Corté, petites cascades, de belles vasques pour se baigner et pour prendre le soleil. ( oui.... je vous vois venir. Le soleil...quand il est là).
Pour cette nuit sous la tente, petite manœuvre de pompier pour les aliments, un renard à pris possession des lieux. Tout le monde est sur le qui vive.



10éme journée :  De nouveau une belle montée pour rejoindre les Gorges de la Restonica en passant par le plateau d'Alzo et ses bergeries.
Ah......J'oubliai... Il fait un beau soleil et la guerre du renard n'a pas eu lieu. Il c'est méfié, nous a t il reconnu ???? Nous étions prés à venger Mareck , de la morsure de l'année passée. Il suffit que je pousse mon cri de guerre "qu'esse qui se passe" pour que ce dernier s'enfuit.
Montée sur le plateau d'Alzo pour descente sur le pont de Tragonne et son petit restaurant, où nous avons fait une petite pause salade et omelette. pour remonter sur les bergeries de Timozzu avec un bon dénivelé, encore une fois. 
Bivouac, seul au monde. Superbe endroit. La bergerie n'étant pas encore en activité. Nous sommes en place pour notre objectif de demain : le Mont Rotondo, second sommet de Corse.



11éme étape : Il fait fait beau et le soleil n'a pas encore montré le bout de ses rayons que nous sommes déjà partis sur de belle pentes raides à l'assaut du Mont Retondo. 1100m devant nous !!!!! qui se dressent fièrement. belle montée jusqu'au lac d'Oriente et à partir de ce moment la neige est devant nous. De beaux névés, pas des plus rassurants, vus le degrés de la pente. Tu te dis que si tu glisse tu retourne à la case départ ,"embistrouillé".
En fonction des circonstances et de la dangerosité du passage pour atteindre le sommet, nous n'avons pas pris le risque. Ils nous auraient fallut des crampons et un petit piolet.
Nous ne sommes pas déçu car le site est de toute beauté et cela valait le déplacement.
Petite manœuvre pour redescendre jusqu'au lac, car pour monter dans les névés, on vois moins la pente que lorsque tu la redescends......!!!!!  Et la pente était bien raide à certain endroits. Oupssss. Cela a pris un peu de temps pour rejoindre le lac. Ensuite, descente bucolique pour rejoindre notre camps de base à la bergerie Timozzo où nous avons pris du temps, car le compte à rebours est enclenché....... demain soir c'est Corté et ensuite le bateau pour le continent.
Superbe journée sous le soleil. 




12éme étape : C'est la dernière. De nouveau, levés avant le soleil. Nous levons le camp de base et descendons dans la vallée de la Restonica. En chemin nous rencontrons les bergers qui viennent ouvrir la bergerie pour pouvoir monter les moutons jusqu'à début Octobre.
En principe cette étape ne pose pas de problème sur la carte. On suit un cheminement parallèle à la Restonica et à la route.
Sauf que........ Le cheminement ne nous paraissait pas des plus simple, pas de balisage et surtout pas du tout entretenu, et les ronces avaient repris le dessus sur l'ensemble du chemin. Et nous voila de nouveau nos jambes, bien griffés pour ne pas dire scarifies !!!!!!!!
Pour finir, nous arrivons au dessus de Corté où en principe existe un pont pour traverser la Restonica pour rejoindre la route et là..............Plus de pont. cela m'a rappelé la 7éme compagnie. Si je savais le c.. qui à fait sauter le pont !!!!!!!!
Petite manœuvre de pompier, enlever les chaussures pour traverser la Restonica et rejoindre la berge opposée, pas sans risque sans mouillé les affaires.
Nous sommes passés à un centre d'information sur la route qui nous à informés que ce sentier était fermé depuis plus de 3 ans, du fait que ce fameux pont était détruit. pour notre part nous n'avons jamais vu aucun panneau nous indiquant ce fait.
Ensuite avons rejoins Corté pour y trouver un petit hôtel et attendre le train du lendemain qui nous rammenera à Bastia pour reprendre le bateau de la Corsica. Heureusement que nous avions pris cette compagnie car la Sncm commencer une gréve qui à durée dans le temps. 
Superbe aventure.


Pierre.
@ bientôt pour d'autre aventures.

Aucun commentaire:

Oberland. Grindelwald 2018.

Du 12 au 20 Août 2018. Avec Marie. @ suivre ..........