02 septembre 2011

Chamonix-Zermatt 2011 - Du 04 au 11 juillet.

13 personnes: 
Claudette, Mireille, Catherine, Laurence,Hervé, Jacques, Jean Louis, Armand, Jean-Paul, Jean-Claude,Guy, Jean-Pierre et moi.


Le départ se fait du parking du village du Tour pour cette 1ére journée. 
Lors de la présentation du projet, la montée devait se faire par la moraine, afin de se mettre dans le vif du sujet. Devant le peu de ferveur des participants (et oui....la moraine fait peur), nous décidons de monter tranquillement par le chemin "normal" pour rejoindre le refuge Albert1er, afin de nous mettre en condition physique pour notre périple de 7 jours.
Soleil présent, peu de difficultés pour cette montée, sauf pour Hervé qui a bien du mal d'arriver au refuge. Crampes et mal divers lui font craindre la suite. La nuit portant conseil, nous lui conseillons de ne prendre aucune décision avant le lendemain matin.


***Mauvaise nuit pour Hervé qui renonce de poursuivre l'aventure, dommage mais....... 
A savoir que dans un refuge de haute montagne, le confort est plus au moins sommaire. Il faut faire avec le voisinage, certain "ronfles", d'autres remues, d'autres sont énervés du fait de l’acclimatation et de l'altitude, et tout et tout enfin bref, il faut faire avec tout cela....et être conciliant avec tous ses paramètres.
Et il faut aussi, une forme physique, que l'on acquiers par un entrainement régulier, et c'est à chacun de se mettre en condition idéale pour réussir dans de bonnes dispositions, ces trek, auquel on s'inscrits .


*** Plus que 12 pour cette 2éme journée qui ce passe plutôt bien.
Départ 5h00 pour 3 cordées et pour chausser les crampons, peu après le refuge. Soleil, panoramas sublimes avec la montée au col supérieur du Tour, passage à la Cabane d'Orny ou nous faisons la pause de midi et on range les crampons. Nous prenons notre temps avant la descende sur le relais d'Arpette, qui est une bonne bavante et elle sait se fait sentir. 1800m de négatif après avoir montés 900m+. C'est avec plaisir que nous atteignons le refuge tout confort (normal, nous sommes redescendus dans la vallée).
A table au dîné, Jacques nous annonce qu'à son tour il renonce à l'aventure et veut rentrer sur Nancy.


*** Oupsss, pour cette 3éme journée, plus que 11 personnes. A cette allure, je vais bientôt me retrouver seul............. 1100m+ et 120m de descende pour rejoindre la Cabane des Dix. Avant, j'ai commandé le taxi pour un transfert à Arolla qui c'est bien passé. Du village d'Arolla, montée au Pas de Chèvre par un beau sentier. Ensuite on quitte le  Pas de Chèvre en descendant par une échelle d'environ 80m pour traverser le glacier et remonter sur la Cabane des Dix ou les gardiens sont bien sympathique et au service des personnes présentes. Cela fait plaisir. D’ailleurs au dîné, un appétitif maison nous est offert, bon repas avec rab pour ensuite aller faire un gros dodo, car demain on se lève tôt. La bonne nouvelle pour cette journée, c'est que personne ne nous quitte. Oufff.


*** Pour cette 4éme journée, levé 4h30 et petite inquiétude, car le vent à soufflé toute la nuit sur le refuge qui est sur un piton, donc en plein vent. cela tourne un peu dans le refuge, mais il faut y aller. Chacun recherche son piolet, ces derniers étant  restés dehors avec les bâtons. il faut trier!!! et lorsque qu'il fait encore nuit et que le vent souffle et que et que c'est pas facile, il faut le voir :) le soir c'est toujours bien rangé mais le matin................Même le casque de J.P avait migré sur le crane de Catherine. Trop fort. Allez savoir ce qui ce passe  la nuit, en montagne. 
Nous quittons le refuge et lorsque nous descendons sur le glacier nous sommes à l'abris du vent, enfin pour l'instant. Crampons, corde et c'est partit pour une rude montée sur le Pigne d'Arolla, à 3790m. Le soleil fait de temps à autre son apparition de même la brume sur les hauteurs . Cela serait bon que cela ce découvre à notre arrivée au sommet....et bien cela est arrivé avec de belle vues mais le vent était aussi présent. les 3 cordées sont parvenus au sommet avec joie et fierté!!!! Ensuite, il nous faut redescendre pour rejoindre la Cabane des Vignettes. la descende parait plus sympa que la montée, mais de nombreuses crevasses sournoises sont prête à recevoir et même à nous attrapées par les pieds pour nous engloutirent.
Et c'est Catherine, la première à faire la trace qui a d'un coup disparait de notre vue !!!!!!!
Heureusement, la corde était bien tendue et la manœuvre pour sortir Catherine a été bien maîtrisé par Laurence, sa chef de cordée. Plus de peur que de mal et après 1/4 heure ,Catherine était de nouveau parmi nous. Après cette péripétie, en route vers les Vignettes que nous atteignons vers 13h00. 
En fin d'après midi le vent souffle à nouveau encore plus fort et la pluie fait son apparition. Ce n'est pas de bonne augure pour demain, mais ce sera un autre jour. Et tout le monde est toujours là !!!!!!!!


*** 5éme journée. le vent à continué à souffler toute la nuit et il à neigé sur le matin. le brouillard envahit de temps en temps le refuge, la foudre est tombée sur l'antenne wi-fi du refuge cette nuit. La météo n'annonce pas d'amélioration pour les jours suivants Bref....c'est pas la joie. L'hésitation et les questions font leurs apparitions. On retarde le départ, comme toutes les cordées présentes. Bref.... Après maintes suppositions, ils nous faut admettre qu'il serait aventureux de continuer, et la décision est prise en prenant "l'option sécurité" d'abandonner notre périple et  de redescendre sur Arolla et sa vallée.


Difficile de prendre une telle décision, mais lorsque la sécurité et des responsabilités sont en jeu, il faut prendre les bonnes décisions et s'y tenir.
Ensuite, nous avons rejoins le refuge du Tour où nous avons passé la nuit pour regagner Nancy le lendemain.
@+ pour d'autres aventures.
Pierre.

Aucun commentaire:

Randonnée Raquettes dans le Haut-Bugey 2018.

Le  Haut-Bugey se trouve dans la partie sud du haut Jura dans le département de l'Ain. A environ 430 km de Nancy. Une semaine en itiné...